Les couleurs

registre des comptes des biens et revenus de la confrérie des chapelains et clercs de l'église du Mans, 1613-1614 (Archives départementales de la Sarthe, G 135).jpg

Publication du jeudi 27 mai 2021

L’emploi de la couleur peut avoir différentes significations ou répondre à diverses intentions : attirer l’œil, donner une tonalité particulière à un document, exprimer une émotion ou bien restituer à l’aide de nuances la complexité géologique d’un territoire. En voici différentes illustrations, à travers une sélection de documents liés par le thème de la couleur. 

 

Visuel : registre des comptes des biens et revenus de la confrérie des chapelains et clercs de l'église du Mans, 1613-1614 (Archives départementales de la Sarthe, G 135).

 

Véritables œuvres d’art, uniques, plus ou moins délicates et ambitieuses, les enluminures sont des peintures ou dessins exécutés à la main pour embellir une page. « Illuminer, mettre en lumière », telle est l’étymologie (issue du latin illuminare) du terme enluminure.

Ici, issue de la fantaisie du copiste, une lettrine aux couleurs éclatantes qui réunit autour de la lettre « C » un surprenant mélange entre portrait, savantes arabesques et motifs floraux.

 

Visuel : Sur la piste du Lac Salé, aux Etats-Unis, l’Etoile Filante, voiture expérimentale à turbine de la Régie Renault, lithographie couleur d’après une peinture originale de Géo Ham de 1956, Paris, impr. Editim, s. d. (Archives départementales de la Sarthe, 4 Fi 574). 

 

Une lithographie du peintre et illustrateur Géo Ham (pseudonyme de Georges Hamel, 1900-1972) dans laquelle, par le jeu des couleurs éclatantes et des contrastes, est rendue l’illusion de la vitesse.

Grand représentant de l’Art déco, Géo Ham fut spécialisé dans les représentations de courses automobiles et de scènes d’aviation, publiées dans le journal L’Illustration. Ami de Jean Mermoz et d’Antoine de Saint-Exupéry, il devint peintre officiel de l’Air et à ce titre traversa la cordillère des Andes à bord d’un appareil piloté par Henri Guillaumet.  En 1935, il est envoyé en Ethiopie, envahie par l’armée italienne, comme envoyé spécial de l’Illustration.

 En 1934, Géo Ham participe aux 24 Heures du Mans, à bord d’un Derby L8. Après la seconde guerre mondiale, il connaît un déclin en raison de l’essor de la photographie dans la presse.

 

 

 

 Visuel : 24 Heures du Mans 1974, affiche, Le Pilier Vert éditeur, illustration de Jean Jacquelin (Archives départementales de la Sarthe, 8 Fi 1567).

 

L’affiche de l’édition 1974 des 24 Heures du Mans. L’illustration est signée du peintre Jean Jacquelin (1905-1989) : les voitures, simples silhouettes, sont représentées dans un flot de couleurs vives.

Au cours de sa carrière, Jean Jacquelin (qui possédait une galerie d’art au Mans) a également illustré des affiches de cinémas, des couvertures de livres (notamment ceux de Georges Simenon).

 

Visuel : La Sarthe, marchande de volailles, carte postale, début du XXe siècle (Archives départementales de la Sarthe, 2 Fi 1986).

 

Afin de rendre la carte postale plus attrayante, la photographie (prise en studio par un photographe) a été colorisée. Cette pratique a été largement utilisée au début du XXe siècle pour beaucoup de cartes postales à vocation publicitaire mettant en avant la dimension pittoresque et folklorique, avec un certain humour.

  Voici la transcription des phrases en français courant :

« Qui veut mes poules, vous aurez des œufs

 Elles pondent bien toutes les deux ».

 

Visuel : carte géologique agronomique du département de la Sarthe d'après Triger, revue et complétée par Guillier, publiée de 1875 à 1882, secteur de Sablé (Archives départementales de la Sarthe, 1 Fi 174).

 

Une carte complexe dans laquelle les aplats de couleurs aident à comprendre la constitution géologique du terrain.

Voici ce que constate le géologue ayant réalisé la carte : « la constitution géologique de cette feuille est assez compliquée : la partie sud-est présente un plateau recouvert de dépôts tertiaires fortement raviné et dont les pentes montrent la craie et les sables séparés par des marnes coquillières. À l’ouest affleurent les terrains primaires : Carbonifère, Dévonien et Silurien, souvent percés par des roches éruptives. Dans les autres parties règnent les étages moyens et inférieurs du terrain jurassique avec recouvrements des sables et argiles, et des graviers. Le fond des vallées est recouvert d’alluvions modernes ».

 

Sur la piste du Lac Salé, aux Etats-Unis, l’Etoile Filante (Archives départementales de la Sarthe, 4 Fi 57.jpg 24 Heures du Mans 1974, affiche, Le Pilier Vert éditeur, illustration de Jean Jacquelin (Archives départementales de la Sarthe, 8 Fi 1567).jpg La Sarthe, marchande de volailles, carte postale, début du XXe siècle (Archives départementales de la Sarthe, 2 Fi 1986).jpg carte géologique agronomique du département de la Sarthe d'après Triger, revue et complétée par Guillier, publiée de 1875 à 1882, secteur de Sablé (Archives départementales de la Sarthe, 1 Fi 174).jpg