Double exposition autour des 230 ans du département

Lettre de René-François-Hortense de Perrochel adressée au baron Louis-Marie Auvray, préfet de la Sarthe, 10 messidor an VIII [29 juin 1800] (Archives départementales de la Sarthe, 3 M 24)

Publication du 2 juillet 2020

      Découvrez dès aujourd’hui une double exposition consacrée à la célébration des 230 ans du Département de la Sarthe, présentée à l’Abbaye Royale de l’Epau et aux Archives départementales de la Sarthe jusqu’au mois de novembre 2020.

 

      À cette occasion, de fabuleux documents originaux et pour la plupart inédits provenant des fonds de l’État, du Conseil général et des services du Département, conservés aux Archives départementales (créées en 1796) seront présentés aux Sarthois. 

 

      Parmi les thèmes abordés : le Maine avant la Sarthe, la création du département, les circonscriptions territoriales : instauration et modification, le rôle du Conseil Général du XIXe jusqu’à 1982, la décentralisation, le Département aujourd’hui et demain.

 

 

  • René-François de Perrochel (1748-1832), premier président du Conseil général.

 

    René-François de Perrochel est nommé membre du Conseil général par ampliation de Bonaparte, Premier Consul de la république, en date du 22 prairial an VIII (11 juin 1800). Il en est le premier président, fonction purement honorifique à l’époque.

  Dans la lettre qu’il adresse au baron Auvray, préfet de la Sarthe il écrit « je me rendrai conformément à l’arrêté des consuls du 8 prairial dernier à la Préfecture du Département et me réunirai à des collaborateurs indulgents sans doute pour la faiblesse de mes moyens mais y suppléant par leurs lumières ».

  Appartenant à une famille de la noblesse parisienne installée dans le Maine au XVIIIe siècle, René-François-Hortense de Perrochel est né à Saint-Aubin-du-Locquenay. Se destinant à la carrière militaire, il exerce différentes charges : mousquetaire, sous-lieutenant et lieutenant dans le régiment Royal-Piémont, capitaine des Dragons dans le régiment de Monsieur en 1773 et enfin major au régiment de Champagne. En 1790, René-François de Perrochel est nommé colonel de la garde nationale de Fresnay en même temps que membre du Conseil général du district.

     Son refus d’exprimer son opinion quant à l’acception de la constitution lui vaut d’être suspendu de ses fonctions en octobre 1793. Considéré comme suspect, il est arrêté deux mois plus tard et emprisonné. Les habitants de la commune de Saint-Aubin-du-Locquenay, pétition à l’appui, réclament en vain sa libération.  Libéré le 9 novembre 1793 par l’entremise de son ami Michel Rigault de Beauvais qui parvient à défendre sa cause, René-François de Perrochel regagne son château.

 

 

  • La carte topographique de la Sarthe.

     Datant du début du XXe siècle, cette carte de la Sarthe met en avant le relief ainsi que les voies de communication (routes et lignes de chemin de fer).

     Aujourd’hui, le Département de la Sarthe entretient un réseau de 4 275 kilomètres de routes départementales et 1 325 ouvrages d’art, grâce à l’intervention de 400 agents répartis sur le territoire, en charge de l’entretien des routes, curage des fossés, marquage au sol.

 


  •  L'Abbaye de l'Epau.         

 

 

  Le Préfet François Collaveri présente au Conseil général lors de la session des 15 et 16 décembre 1958 un rapport invitant à l’acquisition de l’abbaye par le Département afin de sauvegarder ces bâtiments remarquables. Le projet reçoit aussitôt un accueil favorable, notamment par Max Boyer (1910-1985), président du Conseil général à cette époque. 

 

  Le Département devient propriétaire le 18 juin 1959. Les campagnes de restauration débutent rapidement après l’acquisition et l’édifice est classé en totalité en 1973.   

  Suite à l’acquisition par le Département de la Sarthe, le monastère fondé en 1229 par la reine Bérengère (1163-1230) connaît une nouvelle destinée : à la sérénité des prières de jadis ont succédé les harmonies de la musique classique ; il est devenu un lieu à la fois institutionnel et culturel : s’y tiennent les séances de l’assemblée du Conseil départemental ainsi que des festivals, des expositions, des conférences... L’Abbaye Royale de l’Épau n’en finit pas de nous enchanter.                                       

Carte topographique de la Sarthe, par E. Guillot [début XXe s.] (Archives départementales de la Sarthe, 1 Fi 438) Les bâtiments de l’abbaye de l’Épau avant les restaurations, photographie Lafay, Le Mans, 1960 (Archives départementales de la Sarthe, 1020 W 145).