Max Boyer

Portrait de Max Boyer extrait de l’ouvrage La Sarthe, aspect géographique, historique, touristique, économique et administratif du département, Paris, Alépée éditeur et imprimeur, 1953 (Archives départementales de la Sarthe, BIB 4° C 2)

Publication du 4 juin 2020

 

    Découvrez à travers les archives le portrait de Max Boyer, fondateur du Maine Libre et président du Conseil général à trois reprises.

 

   Max Boyer (1910-1985) obtient au lycée du Mans un baccalauréat de philosophie et de lettres. Exerçant la profession de représentant de commerce, il est rapidement pris de passion pour le journalisme et l’action politique. Mobilisé durant la seconde guerre mondiale, il s’engage dans la Résistance et fonde en 1944 le Maine Libre, quotidien régional d’information pour lequel il écrit quelques articles. Le premier numéro paraît le 9 août 1944.

   Dans la préface de l’ouvrage La Sarthe, aspect géographique, historique, touristique, économique et administratif du département, paru en 1953, Max Boyer, alors président du Conseil général de la Sarthe, écrit : « Aux confins des régions typiques, comme la Bretagne, la Normandie, la Touraine et la Beauce, la Sarthe paraît avoir pris à chacune un peu de son caractère pour le fondre au creuset de son propre tempérament. Il existe réellement une entité sarthoise bien déterminée qui s’inscrit dans le cadre exact du Département ».

 

     L’article du Maine Libre rendant hommage à Max Boyer, décédé le 17 octobre 1985 à l’âge de 75 ans, présente le premier éditorial écrit par l’ancien président du Conseil général, publié le vendredi 11 août 1944, qui débute par ces mots : « La France libre commence à peine, au milieu de la joie, à sentir qu’elle est libre. La liesse, hélas ! ne peut durer et des tâches ardues incombent à tous ceux qui veulent refaire une France virile et digne de son passé ».

   

    Max Boyer a présidé le Conseil général de la Sarthe à trois reprises, pendant quatorze ans : de 1946 à 1951, puis de 1952 à 1958 (période durant laquelle il contribue notamment à l’acquisition de l’abbaye de l’Épau par le Département) et, enfin, de 1967 à 1970.

 

     Au cours de sa vie politique, Max Boyer alterne les mandats locaux (maire de Mayet entre 1953 et 1977, conseiller général du canton de Mayet entre 1945 et 1970) et nationaux (conseiller de la République de 1946 à 1948).

« Max Boyer, un grand Sarthois nous a quittés », article extrait du Maine Libre, numéro du vendredi 18 octobre 1985 (Archives départementales de la Sarthe, Per 1069, octobre 1985)