Les cartes de Cassini

Carte de Cassini, feuille 64, fin du XVIIIe s. (Archives départementales de la Sarthe, 1 Fi 191)

Publication du 14 mai 2020

              À la fin de l’année 1789, les travaux et débats de l’Assemblée nationale constituante mènent à la création de 83 nouvelles entités administratives et territoriales : les départements.

              Pour établir cette nouvelle organisation du territoire, les députés se sont appuyés en majeure partie sur la carte de France établie par Cassini (les Cassini, serait-il plus exact de dire), tout récemment achevée.

 

 

       

  •  La "cartographie précise" du royaume

 

       Louis XIV désire mieux connaître son territoire afin de le contrôler, tant sur le plan administratif, fiscal que militaire. Pour ce faire, il a besoin d’une cartographie précise. C’est le vœu qu’il exprime dans les années 1671-1673 à l’Académie des sciences (institution créée par Colbert en 1666) : « dresser une carte de toute la France avec la plus grande exactitude possible ». Les premiers travaux sont menés par l’abbé Jean Picard (1620-1682) et Jean-Dominique Cassini (1625-1712). Une carte, réalisée par le géographe Dominique de La Hire (1640-1718) est présentée à l’Académie des sciences en 1682, mais elle ne trace que les contours du royaume. En 1683, une carte générale de la France est présentée à l’Académie en 1683, intitulée Carte de France corrigée par ordre du Roy sur les observations de Messieurs de l’Académie des sciences.

  

        Sous le règne de Louis XV, dès 1747, un important travail de cartographie est engagé par les Cassini, famille de géographes et astronomes italiens venus en France à la fin du XVIIe siècle. La méthode de la triangulation qui, comme l’affirme César-François Cassini (1714-1784), permet « d’assurer ainsi le positionnement exact des lieux » repose sur le principe suivant : localiser un point A par rapport à deux autres, B et C.

 

    

      L’entreprise est menée par quatre générations de la famille et achevée avec César-François (1714-1784) et Jean-Dominique (1748-1845). Les relevés effectués par des ingénieurs pour établir les cartes s’échelonnent de 1756 à 1789, année de création des départements. Leurs travaux permettent d’établir les premières cartes topographiques et géométriques du royaume, à l’échelle : ce sont les cartes de Cassini (il faudrait plutôt dire des Cassini).

 

 

  •       La carte de France des Cassini est achevée en 1790.

 

              Datant des premières années du XIXe siècle, la carte présentée ci-contre a été réalisée par le géographe Charles Picquet (1771-1827). Elle montre l’assemblage des 182 feuilles (une petite erreur en fait, la carte de France Cassini se composant de 180 feuilles) constituant la carte de France. Chaque feuille représente environ un rectangle de 80 kilomètres sur 50.

Les cartes ont été gravées sur des plaques de cuivre (entre 1757 et 1790), imprimées à l’Observatoire de Paris (dont Jean-Dominique (1625-1712), Jacques (1677-1756), César-François et Jean-Dominique Cassini ont été directeurs) avant d’être ensuite commercialisées. Certains exemplaires ont été rehaussés à l’aquarelle. 

              Vous trouverez plus d’informations sur les cartes Cassini en cliquant sur le lien suivant : http://cassini.ehess.fr/cassini/fr/html/7_cassini.htm.

 

  •  Les routes royales

 

     La cartographie rigoureuse et précise du territoire déployée dans les cartes Cassini accompagne la construction des routes royales, qui est alors confiée aux bons soins du contrôleur général Philibert Orry (1689-1747) et de l’intendant Daniel-Charles Trudaine (1703-1769) à la direction des Ponts et chaussées. En effet, le réseau des routes ne peut se réorganiser sans une connaissance approfondie du territoire.

carte générale de la France par départements (Archives départementales de la Sarthe, 1 Fi 29) carte de Cassini, feuille 65, sud de la Sarthe, La Flèche, Château-du-Loir jusqu’à Tours, fin du XVIIIe s. (Archives départementales de la Sarthe, 1 Fi 426)